Un métier d’autrefois,

Pour débuter cette semaine qui je l’espère va continuer sous le signe du soleil, mais sans le vent si possible, je vais vous parler d’un métier d’autrefois:

LE COLPORTEUR,

marchand

Il apportait dans les campagnes des marchandises introuvables, et parfois même inconnues.

le colporteur, ou porte-balle, apparaît au XVII ème siècle.
C’est un habitant des régions pauvres que le manque de ressources pousse sur les routes.
Il voyage à pied. Il accroche à son dos sa balle,une très haute malle en osier contenant ses marchandise.
colport1 S’il peut s’offrir une mule, l’animal transporte une malle  à tiroirs qui sert de présentoirs.
Avant de partir, il fait le plein de produits variés, et se réapprovisionnera chez les artisans au fil de sa tournée. Dans les bourgs et hameaux isolés, on attend son passage, une fois ou deux par an, avec impatience.

metier-colporteur

Les femmes se montrent les plus enthousiastes, car le colporteur apporte des articles de mercerie et de bonneterie, des tissus , des colifichets, toutes sortes de merveilles qui les enchantent.

Il propose aussi des couteaux, de la quincaillerie et des petits ustensiles de cuisine.
Son article vedette fois l’almanach de l’année: la plupart de ses clients ne savent pas lire, mais ils apprécient le illustrations.

gotha1789300

Dans les année 1930, le colporteur utilisera une camionnette pour apporter dans les campagnes des « articles de Paris ».

colporteur-2

Quand je suis arrivée au village, il passait tous les mois une femme qui vendait  des vêtements, surtout des blouses, des pulls , des tabliers, je m’en souviens très bien car venant de Paris, j’étais étonnée que ma belle-mère  et ses amies lui achetaient ses vêtements. J’avais amené dans mes valises ma garde robe, je ne mettais pas de blouse au grand dam de ma belle-mère qui regardait d’un oeil suspect, cette « belle fille », sans blouses  mais avec de jolis tabliers quand il le fallait, et pour aller dans les vignes, le pantalon s’imposait, enfin de mon point de vue!

Je me souviens aussi de cette anecdote: il y avait un garde champêtre qui avait dit à mes beaux parents : « pas fiable cette fille, elle change trop souvent d’habits!! »

C’était en 1959, il y a un siècle!!!!!! et je suis toujours là…….

Bon début de semaine,

15_fk585

Non, ce n’est pas moi, mais cela aurait pu car je m’habillais de la sorte.

18.04.12 pré 11MTH

24 commentaires sur “Un métier d’autrefois,

  1. coucou Marie
    Tu vois comme j’habitais en ville je n’ai jamais connu çà ,par contre quand je suis arrivée en Moselle il y avait encore beaucoup de marchands ambulants pour l’épicerie le pain le boucher et le laitier et le marchands de légumes et de patates ! J’étais très étonnée mais finalement c’était pratique à présent tout le monde va au super marché !
    Tu étais trop élégante pour les habitants de ta campagne !
    Il y a quelques jours un monsieur m’a dit que j’avais une sacré « garde-robe  » çà m’a fait sourire ,on n’emploie plus ce mot !! lol
    gros bisous et bonne semaine
    MITOU

    J'aime

    • Coucou Mitou, et oui, chez nous aussi il faut une voiture pour les courses sauf pour la boulangère qui passe tous les jours sauf le lundi. Il fait très soleil mais froid, bisous et bonne journée MTH

      J'aime

    • Je peux t’assurer pour avoir fait le bilan de certains « ambulants » de la campagne charentaise, que cette activité marchait très bien. Souvent ils avaient une épicerie que la femme exploitait dans le petit bourg voisin, et ils vivaient bien. Maintenant, avec tous les supermarchés, ce doit être bien différent. Bises. FRANCOISE

      J'aime

      • Bonsoir Françoise les temps ont bien changé, maintenant s’il passait des colporteurs, personne ne leur achèterais, pas assez de choix et les voitures sont là pour nous mener jusqu’au magasin, sauf que lorsque l’on ne pourra plus conduire, la donne sera différente. Bisous et bonne soirée MTH

        J'aime

  2. Bonjour Marie
    A l’ancienne epoque ils étaient très attendus ces colporteurs ..c’etait parfois la personne qui apportait les dernières nouvelles ..
    Dans certaines campagnes on retrouve ces camions bouchers, ou légumes le pain .. qui viennent livrer à domicile ..c’est une super idée
    Bises Marie

    J'aime

    • Bonjour Claudine, chez nous il ne passe plus que le camion de la boulangère, pour le reste il faut prendre la voiture, ce qui est un souci quand on ne peut plus conduire, et ce qui explique pourquoi les « Vieux » (j’en suis!) déserte la campagne Bisous et bonne journée MTH

      J'aime

  3. Tellement peu l’habitude de mettre blouse ou tablier et bien que j’en ai prêts à servir accrochés dans la cuisine, je n’en mets pas et je peste après moi car je tache mes vêtements. Je ne veux pas être rétrograde, mais tout de même nos jolis robes c’était gracieux et même en pantalons on restait féminines. J’ai beau faire des efforts, les jeans troués par exemple je n’arrive pas à voir ce qu’il y a de beau là dedans ainsi que pas mal de vêtements  » à la mode ».
    Ces visites du colporteur, ça devait être une belle distraction pour les femmes qui n’en avaient guère d’autres et ça devait papoter. Les camions, je n’en ai connu qu’à Guyonvelle, après que la dernière épicerie ait fermé, car j’ai toujours habité dans des endroits où il y avait des commerces.
    Bonne journée et gros bisous

    J'aime

    • Bonjour Colette, je mets des jeans mais pas troués, j’ai horreur de ça, Garance Lily et Zélia en mettent et pour faire enrager Serge elles lui disent : « tu sais papy, ils sont plus chers que les normaux »!!!!! Je ne mets pas de jupe ou des presque longues, je cache mes vilains genoux. Ici, il ne passe plus que la boulangère, pour le reste il faut prendre la voiture, ce qui deviendra un problème quand nous ne pourrons plus conduire. Bisous sous le soleil, dommage que le vent soit si froid! bonne journée MTH

      J'aime

  4. très joli ce petit reportage sur les colporteurs, nous avions aussi connu ceci dans les années 60/70. Nos parents nous mettaient toujours en garde sur les mauvais colporteurs qui étaient des beaux parleurs et de ne jamais en suivre un.
    Un temps bien brumeux et frais.
    Bonne semaine
    Bisous

    J'aime

    • Bonjour Georges, très belle photo, ici, il n’y a plus que la boulangère qui passe tous les jours, pour le reste il faut la voiture, ce n’est pas drôle, car on se demande si nous pourrons rester ici quand nous ne conduirons plus…. Bisous et bonne journée très ensoleillée mais fraîche MTH

      J'aime

  5. Bonjour Marie,
    J’espère que ton WE fut beau !!!
    J’ai juste connu des dames qui passaient dans le hameau pour vendre de la lingerie et des draps, c’était un moment heureux. Nous les enfants, surtout les filles, nous regardions toute cette marchandise avec des yeux grands ouverts.
    Merci pour cet article très intéressant et plein de souvenirs pour moi.
    Bonne semaine à vous deux, gros bisous Marie à demain.
    Maite

    J'aime

    • Bonjour Maïté, je me souviens et c’est tout de même moins loin, de ma belle-mère, dans les année 60 ,qui attendait le camion des demoiselles LOrrenzelli, pour acheter ce dont elle avait besoin, maintenant c’est un autre temps! bisous et bonne journée MTH

      J'aime

  6. Bonjour Marie,
    Moi aussi je m’habillais de la sorte mais je n’étais pas aussi jolie, dommage…!
    Tu penses bien que dans la France profonde j’ai connu tout ça!!!
    J’imagine les réflexions à propos de cette petite parisienne qui arrivait à la campagne à cette époque…!
    J’avais de la chance, mon papa aimait les belles toilettes et donc me permettait pantalons et robes coquettes. Mais parfois je portais la blouse pour ne pas abîmer mes vêtements, c’était nécessaire….
    Bises et bonne journée, le temps a l’air de devenir plus clément…
    Ninie

    J'aime

    • Bonjour Ninie, contrairement à toi, les travaux de la ferme proprement dits c’est à dire la traite des vaches, tuer poules et lapins, c’était le rôle de ma belle-mère, je ne faisais que donner à manger à ces volailles et lever les oeufs, aller dans le poulailler était une épreuve pour moi car comme tu le sais j’ai la phobie des plumes!! le pire fut quand ils ont tuer le cochon, il a fallu que je tienne la poêle vers la gorge du cochon pour recueillir le sang pour le boudin, ensuite j’ai du avec la grand mère de Serge souffler dans les tripes que les hommes avaient été lavées à la rivière, tu parles d’une initiation, j’avais 18 ans et j’obéïssais, pas sûr que je le ferais maintenant. Alors quand on me dit que j’ai de la chance, qu’on a réussi (ce qui est vrai) on a démarré tout petit et ce qu’on a on l’a gagné!! bisous et bonne journée MTH

      J'aime

  7. Et maintenant ils ne viennent plus les colporteurs … c’est nous qui devons prendre notre voiture …
    Bisous, bonne journée !

    J'aime

    • Bonjour Nini, personne ne passe plus au village , sauf la boulangère, c’est ainsi, mais que ferons nous quand on ne pourra plus conduire? Il faudra partir ou se faire livrer sans doute la solution la moins dure, mais on ne verra plus personne, il y a déjà des coiffeuses et des esthéticiennes qui viennent à domicile, bon, on en est encore pas là! Bisous MTH

      J'aime

  8. Ah ! Je me souviens, moi, venant de la campagne, de ce genre de colporteur, lors de ma jeunesse. Bonne soirée et agréable semaine Marie !
    Bisous♥

    J'aime

    • Bonne soirée à toi aussi Colette, pour moi ce sera devant un film retraçant la vie de Françoise Sagan bisous MTH

      J'aime

  9. Bonsoir Marie,
    Je me souviens encore du nom du commerçant qui vendait les vêtements et les chaussures, il venait deux fois par an. Pour le reste, au village il y avait une épicerie-boulangerie. Nous avions le nécessaire.
    Bonne soirée.

    J'aime

    • Bonjour Joss, quand je suis arrivée au village, ma mère avait repris l’épicerie du village où effectivement on trouvait de tout, sauf que comme les commerçants passaient toujours devant les portes, les clients étaient rares, elle disait: « nous sommes les marchands d’oublis », ce n’était pas une sinécure car bien qu’ouverte à des heures bien précises comme nous demeurions sur place (c’était juste avant mon mariage) les gens n’hésitaient pas à frapper à n’importe quelle heure pour une bricole, j’ai un souvenir très amer de cette époque en voyant le mal que se donnait ma mère et je n’avais pas une très bonne opinion des personnes du village. Il fait un soleil radieux malgré la gelée de ce matin , -4°, je pense que nous aurons une belle journée Bisous MTH

      J'aime

  10. Le colporteur apportait aussi les nouvelles nationales et familiales car il faisait souvent le lien. C’était un beau métier mais sûrement très dur à être sur les routes par tous les temps.
    Merci pour ce joli article, Marie et belle journée à toi.

    J'aime

    • Bonjour Clara, je te souhaite une belle journée, à l’heure ou j’écris, il y a un grand soleil et le thermomètre qui était descendu ,-4° quand même, remonte Bisous MTH

      J'aime

  11. Florence – Testé pour vous
    Bonjour Marie…ah ah, tu changeais trop souvent de robes ? J’imagine comme tu devais en entendre de la part de la belle-famille 🙂 🙂
    Je n’ai pas connu le colporteur…j’étais de la ville 🙂 et chez ma grand-mère, en Normandie, il y avait 1 magasin (la coop) qui vendait de tout. Les acheteurs regardaient le catalogue et commandait à la coop. Peut de temps après, l’article arrivait…et en plus, il y avait des points qui donnaient des cadeaux…en fait, une sorte de carte de fidélité 🙂
    Comment vas tu ? En pleine forme ? Perso, ça va bien..il fait beau, il fait bon, alors c’est presque le paradis 🙂
    Bises Marie et à très bientôt…tu as changé ta bannière 🙂

    J'aime

    • Coucou Florence, nous nous avions les « coop » qui passaient et effectivement nous avions un collector de timbres et après on commandait à des prix défiants toute concurrence. Il fait un soleil radieux ce matin malgré la gelé de ce matin et il fait encore frais mais cela devrait être une belle journée. Je vais, cahin caha avec les douleurs inévitables avec l’âge, faut faire avec, si je n’en avais pas c’est que je serais morte, on se console comme on peut. Bisous et bonne journée MTH

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :