Émerveillement Familier

Notes & Silence

Traverser le larynx jusqu’au plancher des basses
Le long de la colonne, doucement, elles vibrent,
Oscillent les cellules des structures sur leur voie.
Puis se taire
Descendre encore plus bas, tout au fond du bassin
Où les basses s’enfouissent et réveiller le sable
Bienfaisant, aux grains chauds.

Monter au crâne en pointe aussi haut que possible
Et s’étonner toujours des courbes en dessins
Dans les sphères angéliques.
Puis se taire
Au plafond du bonheur, en larmes il s’écroule
Et les fréquences alors déferlent en pluie stellaire
Les échos de brillance ravissent au delà
Du souffle physique.

Se remettre à chanter comme on reçoit la balle
Projetée depuis les cavernes-océans
Jusqu’aux nuages éthérés puis dans nos mains 
Familières de l’émerveillement.

Franck

Voir l’article original

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :