Récit d’un naufrage 

Cela vaut vraiment la peine de se pencher sur ce texte… bonne soirée MTH

Gavroche 60

bateauAux esprits chagrins qui se plaignent de la décadence de la langue française, nous recommandons la lecture attentive des lignes suivantes, extraites d’un roman récemment paru : 

« Une seconde détonation, plus sourde que la première, annonça qu’une deuxième machine venait d’explosionner. Aussitôt après la  stridulation de la sirène, les passagers à moitié endormis ou mal réveillés (sic), dans des accoutrements divers, bizarres, allant jusqu’à la nudité complète (resic), envahirent les couloirs. » 

(La Famille Guichemin, éditions Figuière.) Ce roman est dédié à M. Lucien Lamoureux, ancien ministre de l’Instruction publique. Nul doute qu’il songe à pourvoir l’auteur d’une chaire de littérature française, dans l’une de nos Facultés.

Quoi qu’il en soit, nous avons été extrêmement heureux d’apprendre que la nudité complète constituait un accoutrement. De la sorte, nous pourrons en boucher un coin aux nudistes. 

« La Revue limousine. » Limoges, 1930.

Voir l’article original

Un commentaire sur “Récit d’un naufrage 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :