Un beau texte,

MTHI.I.Schischkin, Gefällte Eiche - I.I.Zhishkin / Felled Oak / Ptg./ 1892 - I. I. Chichkine, Chêne abattu

L’ARBRE VAINCU – texte de Marie-José Caner.

Je l’ai trouvé couché de tout son long dans l’herbe du jardin.
Mais il y avait encore tant d’espoirs dardés tout au bout de ses branches, tant de projets mûris encore refermés dans l’intime secret où se forgent les rêves, que son abattement  paraissait passager.

Ne s’accomplira plus pour lui le blanc miracle  du printemps trop fugace.

Le jardin endeuillé, déjà veuf de sa présence, se désole d’avoir cru en l’immortalité de cette forme fière.
Le temps , messager de la mort, avait pourtant greffé des articulations osseuses , dessinant l’agonie lente du bois, que l’auréole des bourgeons vifs démentait en promesse imprécise.

Hier encore j’avais posé ma main, avide de signes sur l’écorce rugueuse, blessée de tant de maux vaincus, que l’arbre en paraissait plus fort.

la-decouverte-des-vieux-chenes-de-la-region0

Hier encore, j’avais surveillé, attentive, la lente mutation des bourgeons clos, que le soleil de Mars avait réchauffé.
Hier encore, je lui avais murmuré, à voix confidentielle , mon amour de la vie et cette peur pourtant, tapie au fond de mes entrailles, qu’un cri aigu d’oiseau, une ombre, sur un mur, un morceau de bois mort jeté à bas de l’arbre par le vent nettoyeur, réveillent en ondes douloureuses.

Hier encore je l’avais assuré de ma confiance en lui. Sa blanche floraison semblable  au tulle fin protégeant le berceau  étayait mon espoir.

Mais le noir de la nuit recouvre  tant de misères!

Et nous croyons  nous abriter parce que, volets clos, nous allumons notre lumière mensongère.
Le réveil nous surprend , douloureux, qui nous rejette dans la réalité  des choses, d’où nous ne nous évaderons jamais avant le grand passage. Et au-delà , que verrons nous?

Ce matin , en ouvrant mes volets, je l’ai vu couché de tout son long, épave.

Ses bourgeons jamais ne finiront d’éclore.

Je ne saurai ce que  sa vie avait tissé d’espoirs dont il voulait jouir.

Jamais non plus je n’irai jusqu’au bout de mes rêves, une part de moi s’est enfui dans la nuit…………………..

Un texte peu optimiste mais qui me parle.

Pour contre balancer ce texte une autre chanson,

18.04.12 pré 11MTH

9 commentaires sur “Un beau texte,

  1. Un tres beau texte en effet qui me parle d’autant plus que le vent en ce moment est en train de malmener les arbres d’en face . j’ai bien peur que la sécheresse ait fragilisé certains spécimens et que ce passage pluvieux et venteux leur soit fatal .

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :