Etrange juillet

Un boen joli texte. Amitiés MTH

Au pays de Nomo

Un écureuil joue en écoutant les corbeaux

L’herbe est haute et le moral bas

Une chanson d’Italie flotte dans l’air humide

D’un juillet sans départ, d’un virevoltant en gare.

Sur un cheval à bascule, la vie se berce

Dans le jardin des rêves en retard.

Le bohème feuillette les fleurs coupées de Positano

Coulent de ses yeux les eaux de la mémoire

Des mots fanés se prostituent autour de ses pieds

Même à Venise les loups font le trottoir.

L’oreille collée à la coquille rigide d’une valise vide

Il n’entend plus que les vagues de son cœur

La mer s’est retirée des pages de l’espoir.

Cbolavie

Voir l’article original

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :