Un métier d’autrefois,

Marchands de ballons de baudruche.

Avec un ballon , ce sont de longues heures de travail qui qui s’envolent.

Le « Magasin pittoresque, encyclopédie populaire  qui parut  en magazine de 1833 à1939, donne  de la fabrication  du ballon de baudruche  une ample description.

Le processus est complexe ! Il s’agit d’abord  de se procurer de la baudruche , soit la membrane du gros intestin de boeuf ou de mouton.

(beurk, si j’avais su , je n’aurais jamais demandé souvent , à cors et à cris , à mes parents l’achat de ces ballons, je les aimais rouge avec un filet tout autour, je ne vous dis pas le drame si par hasard je le lâchais!)

Après avoir laisser tremper des heures la baudruche dans de l’eau chaude, on l’applique sur un moule circulaire dûment graissé, sans oublier de prévoir l’embouchure.

On  la laisse sécher.

On la décolle.

Puis on la gonfle .

On la vernit, on la retourne comme un gant : voilà le ballon enfin prêt!

Ne reste plus qu’à le colorer à la main  bien evidemment.
Cette fabrication artisanale  perdure  jusqu’aux années 1930.
On comprend que le marchand de ballon hante plutôt les jardins publics fréquentés par les enfants  des classes aisées. Il lui faut  en effet vendre un bon prix  sa marchandise pour rentabiliser son travail.

Je comprends maintenant pourquoi, j’avais tant de mal à faire acheter un ballon par mes parents car nous étions bien loin d’être aisés.

Bon jeudi,

18.04.12 pré 11MTH

11 commentaires sur “Un métier d’autrefois,

    • Bonjour Zaza, encore du très beau temps ici, même plus de chaleur, alors ce sera , pour moi, pas de golf, tant pis , je resterais tranquillement au frais à la maison, je viens de m’occuper de mes fleurs et de mes plantes, le matin il fait bon Bisous bonne journée MTH

      Aimé par 1 personne

    • Bonjour Claudine , si tu savais la joie que j’avais quand enfin j’en avais obtenu un et la peine quand il se dégonflait, petites joies et petits chagrins de l’enfance. bisous MTH

      Aimé par 1 personne

  1. je pourrais chanter comme Serge Lama  » je n’ai pas eu de ballon rouge » ni d’une autre couleur d’ailleurs, ça ne s’est pas trouvé quand j’étais petite, ça n’existait pas en Guadeloupe, après j’étais trop grande. J’ai joué avec des ballons gonflés à la bouche avec mes enfants, quand ils éclataient on prenait les petits morceaux, on souflait pour les gonfler et vite il fallait serrer ou nouer pour avoir encore un petit ballon. Bonne journée, bien occupée chez moi, Yves, Aliénor, Marc et une amie Fabienne viennent prendre le café dans l’après midi, je vais faire quelques amuses bouches, Aliénor s’occupe du gâteau. Bisous.

    Aimé par 1 personne

    • Bien sur , ,étant fille unique , je pensais que tout m’était du, heureusement je pense ne pas être égoïste, j’étais souvent réprimandée par ma mère qui ne laissait rien passer une fois la guerre terminée, j’ai été élevée assez sévèrement et mon éducation a été complétée par ma scolarité à l’école Sainte Marthe , où là non plus « cela ne rigolait pas » bisous MTH

      Aimé par 2 personnes

  2. Merci Marie pour ce clin d’œil à ce métier d’autrefois. Je suis en train de me demander si j’ai connu ces ballons de baudruche , je crois n’avoir vu que des ballons de latex.
    Bon jeudi
    Bises

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :