Pour « Les croqueurs de mots »,

Bien que je ne participe pas, quand le thème me dit  » quelque chose » je me lance.

Thème du jour: Portrait de femme ou d’homme célèbres ou bien auto portrait.

j’ai choisi cette dernière option, pour une fois  je serais célèbre ,pour quelques unes (uns) sur mon blog. Et oui mes Aminautes « je me la pète aujourd’hui »  MDR.

Naissance à Paris la guerre fait rage, mon père est « au front » Cela ne commençait pas bien.

Enfance dans un vieil immeuble donnant sur une rue « village » (dans ce temps là les rues étaient comme des villages, tout le monde se connaissait et nous « les gosse » on pouvait  jouer dans la rue, une rue du 9.3 , où il n’y avait pas « de riches », avec une bonne réputation, ce qui bien sûr n’est plus le cas.

Adolescente un peu rebelle , qui ne l’est pas?.

Je commence à sortir dans Paris avec les copines.

A 15ans , je vais au cinéma et au théâtre avec deux garçons , des amis très chers, hélas perdus de vue, sont-ils encore en vie?

A 18ans mariage au village avec Serjouille  et installation dans ma vie de femme.

Dur apprentissage du métier de vigneron.

Naissance à 13 mois d’écart de Nathalie et d’Isabelle, bonheur d’être maman.

Plus tard moins pénible  physiquement que le travail dans les vignes , je monte en grade LOL! je deviens « cheffe » des ventes. Agréable la plupart du temps , j’ai fais de belles rencontres.

Je n’aurais garde d’oublier dans toutes ces années les vendanges où j’étais « cheffe cuistot », ce n’était pas comme on dit chez les « bourgeois » ma tasse de thé. Je pense que c’est la raison pour laquelle  je n’éprouve aucun plaisir à cuisiner. Il fallait nourrir et loger la  quarantaine de vendangeurs, j’avais une aide ,  au début ce fut ma mère , puis une employée. Je pourrais écrire un roman avec ces années de vendanges.

Retraite OUF!  ce serait bien si on n’avait pas toutes ces douleurs , ces maux qui accompagne la vieillesse.
Mes cheveux sont sont poivre et sel, mon dos est voûté , je m’enficherais s’il ne me faisait pas si mal.

Nostalgie du temps  passé parfois, souvent… tristesse de voir partir les amis pour le pays d’où l’on ne revient pas…

Mais, tant que l’on est deux , c’est out de même bien, il y a mille petits bonheurs à savourer, l’amour a fait place à une infinie tendresse et cela n’a pas de prix.

Voilà ce sera tout pour ce soir.

 

 

Carte postale encore plus vieille que moi!

 

je vous souhaite une bonne soirée,

 

18.04.12 pré 11MTH

15 commentaires sur “Pour « Les croqueurs de mots »,

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :